Bolivie: La Via Campesina participe à l’inauguration de la Conférence des Peuples sur le climat

(Cochabamba, 20 april, 2010) Ce matin, Itelvina Masioli, dirigeante Brésilienne du mouvement paysan international La Via Campesina a fait un discours lors de l’inauguration de la Conférence des Peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre Mère. Le Président Bolivien Evo Morales était l’orateur principal devant une assemblée de plusieurs milliers de personnes.

La conférence, organisée par le gouvernement bolivien après que les négociations de Copenhague sur l’arrêt du changement climatique se soient soldées par un échec, en décembre dernier, se tient du 19 au 22 avril. Son but est d’amplifier les voix de ceux qui n’ont pas été entendus à Copenhague.

“Nous sommes ici avec le Président Evo Morales pour jouer un role actif dans cette mobilisation mondiale pour la défense de la Terre Mère,” a dit Masioli. “Notre planète est en danger, et si notre planète est en danger, alors la vie est en danger.”

“Nous discutons ici de deux grands projets. D’un côté se trouve le projet du capital, de l’impérialisme qui signifie pillage, qui signifie mort, ce sont toutes les fausses solutions au changement climatique et nous les rejetons entièrement”.

“Nous affirmons que nous devons changer le système et non le climat,” continue Masioli. “Nous voulons construire un autre projet: un projet de vie. Un projet basé sur des principes qui défendent la vie, la Terre Nourricière, basé sur un autre modèle de développement économique, politique et culturel. Voila pourquoi nous sommes ici”.

L’invitation de La Via Campesina par le gouvernement bolivien, à parler lors de l’inauguration de la conférence symbolise l’importance que le mouvement a acquis depuis sa fondation en 1993 en tant qu’expression mondiale des paysans. Masioli est l’une des 300 délégués de La Via Campesina rassemblés à la conférence pour envoyer au monde le message suivant: une agriculture diversifiée durable peut refroidir la planète.

“En tant que paysans du monde, nous voulons réaffirmer notre promesse et notre engagementde défendre la Terre Nourricière,” dit Masioli. “Nous croyons fermement que les vraies solutions à toutes les crises dans ce moment historique où nous vivons, sont des solutions basées sur une réforme agraire complète et sur la souveraineté alimentaire en tant que principe et droit des peuples.”

A la fin de son discours, Masioli a offert à Morales les drapeaux de La Via Campesina et de la Coordination latino-Américaine des organisations paysannes (CLOC). “Nous allons offrir nos drapeaux de La Via Campesina et de la CLOC – nos symboles les plus puissants – car le Président Morales est parmi les fondateurs de ces deux importantes organisations paysannes en Amérique latine et dans le monde et aussi parce que, lui seul, est assez crédible pour convoquer cette assemblée”.

Contacts pour les médias (interviews avec des représentants de La Via Campesina à Cochabamba)

Boaventura Monjane – Tél: (00591) 74815401; [email protected]
Isabelle Delforge – Tél: (00591) 74306257; [email protected]

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.